• Photos - Chansons - Paroles

    Foto - Canzoni - Testi / Pictures - Songs - Words

    Retrouvons-nous sur :

     

    - SoundCloud, pour l'écoute

     

    - Facebook, pour l'actualité

     

    - Twitter, pour partager en live

     

    Merci de votre soutien !

    Titres...

     

    Le déjeuner (à mes parents)

    Pas de vécu, pas de regrets

    Son 'elle' est une île (à Davide)

    Anna

    Amours impossibles

    Encore et toujours

    A votre insu

    A portée de lune

    Voici passé le temps

    Les mots en révolte

    Water for seeds of happiness

    Paroles et musique, tous droits réservés par 

    Lidia Mele

    Actuellement, quatre chansons sont présentées en démo sur sur ce site. Cliquez sur le lien Soundcloud pour l'écoute (https://soundcloud.com/user-860389841).

     

    Prochainement, grâce à votre soutien, 11 titres seront disponibles.

  • Auteur - Compositeur - Interprète - Chanteuse

  • Paroles - Testi - Words

    Les textes, les mots...

    (Cliquez sur les photos pour être diriger vers l'écoute)

    Cliquez ici pour écouter !

    Pas de vécu, pas de regrets

    Parce que les doutes qui m’enchaînent

    Parce que timide mais non hautaine

    Parce que pétrie d’incertitudes

    Par de bien tristes habitudes

     

    Parce que la peur, parce que l’effroi

    De me tromper une nouvelle fois

    Parce que je n’ose, parce que tout ça

    Je ne ferai pas le premier pas

     

    Attendre ne servira pas

    Le dire jamais je n’oserai

    Cette histoire n’existera pas

    Pas de vécu, pas de regrets

     

    Parce qu’il est libre, folle gerbe,

    Au vent heureux, au ciel superbe

    Parce qu’il a l’âge d’un demi-dieu

    Le regard sombre et merveilleux

     

    Parce qu’il aime la douce jeunesse

    Les champs déserts presque en détresse

    Parce que je ne puis être cela

    Je ne ferai pas le premier pas

     

    Attendre ne servira pas

    Le dire jamais je n’oserai

    Cette histoire n’existera pas

    Pas de vécu, pas de regrets

     

    Parce que la vie se voit en rose

    Parce que la prudence s’y oppose

    Perdre l’ami bonheur du jour

    Pour un amant pomme d’amour

     

    L’échange en vaut-il la chandelle

    Je ne suis pas sure d’être celle

    Qui pourra vivre cette histoire là

    Je ne ferai pas le premier pas

     

    Et le temps passe ainsi tranquille

    D’un monde qui devient une île

    Une île à son tour désertée

    De n’avoir jamais trop tenté

     

    De forcer la main aux histoires

    Qui aurait pu vivre certains soirs

    Si l’on s’était laissé aller

    A conjuguer le verbe ‘Aimer’

     

    Attendre trop tard il est déjà

    Le dire jamais je n’oserai

    Si cette histoire n’existe pas

    Pas de vécu, bien de regrets

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

    Cliquer ici pour écouter !

    Le déjeuner

    A mes parents qui se sont tant aimés...

     

    Elle posait sur la table une nappe en coton

    Depuis qu’elle vit seule, il lui suffit d’un torchon

     

    Elle disposait aussi, deux serviettes et deux couverts

    La vie qui est cruelle a cassé l’un des verres

     

    Et l’heure du déjeuner, autrefois si fleurie

    Qui rassemblait deux âmes que tout avait unies

    N’est plus qu’un torchon blanc, posé un peu de travers

    Il y manque toujours un verre et un couvert

     

    Il préparait pour elle, les fruits qu’elle choisissait

    Elle préparait pour lui le café qu’il aimait

     

    Ils parlaient de la pluie, du temps et des enfants

    Les enfants ont grandi, portés vers d’autres vents

     

    Et l’heure du déjeuner, hier tant attendue

    Qui embaumait deux cœurs et leurs regards émus

    N’est plus qu’un film triste, tourné en noir et blanc

    Il y manque l’artiste dont elle aimait le talent

     

    Posé négligemment sur la nappe en coton

    Il y avait le bon pain, le vin, un vieux torchon

     

    Mais il y avait surtout le regard attendri

    De deux cœurs qui avaient su partager la vie

     

    Et l’heure du déjeuner était fête pour eux,

    De ces bonheurs simples qui les rendaient heureux

    Pourquoi a-t-il fallu aussi soudainement

    Retirer le couvert de son seul soupirant….

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

  • Cliquez sur les photos pour être dirigé vers l'écoute

    Cliquez sur la photo pour écouter

    Son 'elle' est une île

    A Davide, il le sait...

     

    Son ‘elle’ est une île

    Fragiles sont les ailes

    Des vies en exil

    Sous l’immense ciel

     

    Sait-elle que c’est ‘il’ ?

    Cette ‘île’ que sait-elle ?

    Péril sur un fil

    Danger bien réel

     

    Si ‘elle’ est un ‘il’

    Qui donc gênent-elles,

    Ses vies en presqu’îles

    Couleur d’arc-en-ciel ?

     

    Si ‘elle’ est un ‘il’

    Qui donc gênent-elles,

    Ses vies en presqu’îles

    Entre mer et ciel

     

    Fut-elle si futile

    La grande nouvelle ?

    Face à elle facile

    Les mots trop cruels

     

    S’endormir tranquille

    Rêver d’étincelles

    Les songes passent-ils

    Les couleurs pastelles

     

    Si ‘elle’ est un ‘il’

    Qui donc gênent-elles,

    Ses vies en presqu’îles

    Couleur d’arc-en-ciel ?

     

    Si ‘elle’ est un ‘il’

    Qui donc gênent-elles,

    Ses vies en presqu’îles

    Entre mer et ciel

     

    En battant des cils

    Saisir les ficelles

    Envolée habile

    Pour ce faire la belle

     

    Rebelles ou dociles

    Ses vies en dentelles

    Souvent paraît-il

    Pleurent au pluriel

     

    Son ‘elle’ est une île

    Fragiles sont les ailes

    Des vies en exil

    Qui pleurent au pluriel

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

    Cliquez sur la photo pour écouter

    A votre insu

    Il y eut les mots, il y eut les mains

    Qui vinrent caresser mon sein

    Les baisés tendres pris et rendus

    Vous n’en n’avez jamais rien su

     

    Il y eut les joies et les silences

    L’attente folle et puis l’absence

    Des retrouvailles à corps perdus

    Tout en secret, à votre insu

     

    Il y eut les regards complices

    La peau si douce, les lèvres lisses

    La crainte que tout soit perdu

    Mais vous ne vous en êtes pas aperçus

     

    Pardonnez-moi d’avoir caché

    Par excès de fragilité

    Ce qui fut fort, ce qui fut moi

    Aujourd’hui je le pose là

    Mais permettez-moi de sourire

    Lorsque j’entends certains me dire

    Tu ne peux pas comprendre cela

    Mais quand tu le vivras tu sauras

     

    Il y eut l’étreinte et sa violence

    Il y eut la route et son errance

    Enfin le chemin retrouvé

    Non je ne vous ai pas raconté

     

    Il y eut des nuits et puis des jours

    Gorgés de sèves, remplis d’amour

    Il y en eut tant à n’en vouloir plus

    Je l’aurais dit si j’avais pu

     

    Il y eut encore tout aussi fort

    Les mains serrés, la bouche qui mort

    Le dire ? Je ne serai pas cru

    N’en parlons pas n’en parlons plus

     

    Pardonnez-moi d’avoir caché

    Par excès de fragilité

    Ce qui fut fort, ce qui fut moi

    Aujourd’hui je le pose là

    Mais permettez-moi de sourire

    Lorsque j’entends certains me dire

    Tu ne peux pas comprendre cela

    Mais quand tu le vivras tu sauras

     

    Mais sachez bien qu’il y eut aussi

    La profondeur et l’infini

    L’intensité d’avoir vécu

    Loin de vos yeux qui n’ont rien vu...

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

    Cliquez sur la photo pour écouter - Lidia Mele

    Anna

    A 2 n A

    A l’envers comme à l’endroit

    Un prénom qu’on n’oublie pas

    Anna

     

    A 2 n A

    Un peu d’elle au fond de moi

    A la fois ma reine et mon roi

    Anna

     

    Elle garde dans ses mains le réconfort de mes chagrins

    Elle pose sur mes joues l’emprunte de son amour fou

    Elle a au fond des yeux pourtant si noir un ciel si bleu

    Elle dit de son accent… ‘tu seras toujours mon enfant’

     

    A 2 n A

    A l’envers comme à l’endroit

    Un prénom qu’on n’oublie pas

    Anna

     

    A 2 n A

    Un peu d’elle au fond de moi

    Ses mots, ses gestes, sa voix

    Anna

     

    Elle porte dans son cœur les secrets de tous mes bonheurs

    Elle rit si tendrement de mes folies de chaque instant

    Elle partage mes joies me serre tendrement dans ses bras

    Elle dit de son accent… ‘tu me rappelles mes vingt ans’

     

    A 2 n A

    A l’envers comme à l’endroit

    Un prénom qu’on n’oublie pas

    Anna

     

    A 2 n A

    Un peu d’elle au fond de moi

    Ma douceur, ma vie, ma loi

    Anna

     

    Elle chante les refrains que la vie pose sur son chemin

    Elle répète souvent quand elle voit s’en aller le temps

    Me suppliant tout bas de ces mots qui résonnent en moi

    Disant de son accent… ‘ne pars jamais trop loin de moi’

     

    A 2 n A

    A l’envers comme à l’endroit

    Un prénom qu’on n’oublie pas

    Anna

     

    A 2 n A

    Un peu d’elle au fond de moi

    Ma douceur, ma vie, ma loi

    Anna

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

    Amours impossibles

    Je souffre de ne pouvoir être

    L’un de ces astres qui vous entourent

    Moi qui aurais bien pu peut-être

    Vous entourer de tant d’amour

     

    Prendre soin de tous vos réveils

    De vos matins et de vos nuits

    De votre monde être la veille

    Et de vos jours l’intime amie

     

    Remplir vos mains d’instants précieux

    Vous épargner, vous protéger

    Vous dire ‘oui, si tu le veux’

    Et vouloir tout ce que vous voulez

     

    Pour vous aller cueillir l’étoile

    Pour vous le ciel les océans

    Pour vous mon cœur qui se dévoile

    Pour vous pour qui j’ai tout mon temps

     

    Désirer compter les secondes

    Au creux du cœur de vos doux bras

    Espérer des heures fécondes

    De baisers tendres, d’intenses émois

     

    Vous assurer le temps qui passe

    Sur vous ne marque pas d’emprise

    Mais qu’importe après tout sa trace

    Sur nos cœurs il reste sans prise

     

    Souhaiter en somme toute ma vie

    Vous dire c’est vous que je préfère

    Et voir dans vos regards ravis

    S’éclairer tout mon univers

     

    Pour vous aller cueillir l’étoile

    Pour vous le ciel les océans

    Pour vous mon cœur qui se dévoile

    Pour vous pour qui j’ai tout mon temps

     

    Rêver vos mains douces frôler

    Mes yeux, mes joues, toute mon âme

    Vouloir pour toujours vous garder

    Et vous aimer corps et âme

     

    Et vous entendre murmurer

    De cette voix qui est votre grâce

    ‘C’est vous seule que je veux aimer

    Vous qui prenez toute la place

     

    Dès lors sans vous mes pas s’égarent

    Et je me perds sur les chemins

    Si tout à tout à coup sans crier gare

    Vous ne me tenez plus la main

     

    Pour vous aller cueillir l’étoile

    Pour vous le ciel les océans

    Pour vous mon cœur qui se dévoile

    Pour vous pour qui j’ai tout mon temps

     

    Je souffre car ces mots ne sont

    Que le fruit de mon imagination

    Mais si vous vouliez m’essayer

    Je saurais me faire désirer

     

    Pour vous j’irai cueillir l’étoile

    Pour vous le ciel les océans

    Pour vous mon cœur qui se dévoilera

    Pour vous pour qui j’aurai tout mon temps

     

    Paroles et Musique, tous droits réservés par Lidia MELE

  • The Blog

    Thoughts, musings, and ruminations.

  • Remerciements

    Sans eux rien ne serait possible 

     

     

    Un grand merci à Davide, puisqu’à lui seul peut revenir la première ligne de ces premiers mots.
    A mes parents pour ce grain de folie qui m’accompagne, à Kounette pour son café, à Patrick, certamente la persona la più gentile del mondo, à Patrick (le même) et Marc pour la guitare qui a fait naître ces chansons, à Christophe qui m'a toujours aidée, à Virginie & Delphine parce qu'elles y ont toujours cru, à Frédérique, Maxine et Tristan qui me manquent, à Isabelle, Cyril, Alice et Louis pour leur fidèle amitié, à Christel pour le bon goût, à Stéphanie si proche et si loin, à Marie stella e sole, à 'mon petit bonhomme' qui se reconnaitra, à Chiara qui m'encourage, à Marcella qui connait tout par coeur, au club du Petit Cabri... et bien sûr à toi, blotti, caché, et pourtant si présent et tant aimé... 

    A celles et ceux qui m’ont portée et inspirée, à ceux qui croient que tout est possible, et puis à Davide encore et toujours…

     

    ***

     

    Crédit Photo : Christophe Meireis - www.christophemeireis.com

  •  

    A vous tous qui êtes arrivés sur cette page,

     

    Depuis plusieurs années, je compose des chansons qui ont réuni un petit groupe d'amis, de followers, de rencontres furtives, d'un jour, d'un café, d'un voyage...

     

    Grâce à vos encouragements, votre soutien, j'aimerais aujourd'hui passer du mode démo au mode pro. J'espère que vous voudrez bien me suivre dans cette nouvelle aventure !

     

    Faites circuler ce site ! Share this site with your friends ! Condividi questo site con i tuoi amici !

    Nombres de visiteurs

    7 000 €

    Fonds à collecter

  • Contactez-moi !

    Merci pour votre soutien, pour vos mots, vos messages...

All Posts
×